Comment protéger le cheval de la chaleur ?

La température idéale pour un cheval est entre cinq et vingt-cinq degrés. Au-delà de cet intervalle, des problèmes pourraient survenir. Malgré la thermorégulation de son organisme, en cas de forte chaleur, il aura des difficultés à se gérer et aura besoin d’aide. Quelques précautions sont à prendre pour y remédier et protéger le cheval de la chaleur.

Quand est-ce que le cheval a besoin d’aide ?

Suivant certaines conditions, la thermorégulation interne du cheval, lui permettant de s’adapter aux différentes variations de la température, n’arrive plus à fonctionner correctement. Ainsi, sa température arrive facilement à monter à quarante-et-un degrés, pour une norme de trente-huit degrés. Il sera hyper ventilé, accompagné d’une augmentation de la fréquence cardiaque, voire une perte de connaissance. Il se fatiguera rapidement, il n’arrivera même pas à lever la tête. Il sera très affaibli et abattu. Il refusera de bouger, car ce sera très difficile pour lui d’avancer. Il transpirera de manière anormale et il pourra même avoir des coliques. Toutes ses muqueuses seront très sèches, à un point tel qu’elles vont se congestionner au final. A ce moment-là, il faut protéger le cheval de la chaleur, le risque de décès est très élevé.

Les causes des problèmes de chaleurs

Il faut protéger le cheval de la chaleur en cas de forte chaleur. En effet, même avec la transpiration, en cas d’humidité, il lui sera difficile de s’adapter. Le cheval sera également en difficulté après un effort physique, long ou intense, surtout s’il manque d’entraînement ou s’il fait des efforts inhabituels. Cependant, même au repos, le cheval peut se sentir mal. Il a besoin d’un endroit bien ventilé et frais. Cela implique les vans de transport mal adaptées, des boxes lors des concours, ou sa propre écurie. Voir également le cheval à l’arrêt, qui est attaché au soleil. Les changements de région incluant des hausses de température sont à craindre. Ou encore le surpoids, des poils trop long ou trop épais, qui diminuent leur capacité autorégulatrice.

Comment l’aider ?

En cas de canicule, pour protéger le cheval de la chaleur, il faut le mettre à l’abri du soleil, dans un endroit frais et aéré, et lui permettre de s’hydrater en permanence. S’il consomme vingt à quarante litres d’eau en temps normal, il peut boire le double. Il faut aussi mettre à sa disposition une pierre de sel et des aliments hydratants tels qu’un mash, les pommes et les carottes. On peut aussi le rafraîchir par une douche, ou en le mouillant, avec de l’eau fraîche ou des linges mouillés. Commencer par les membres et monter progressivement. Insister sur la nuque et terminer par un couteau de chaleur pour l’essorer. En cas de changement de région, permettre à son organisme de s’adapter à son nouvel environnement avant de lui demander de faire des efforts physiques.

Matériel d’équitation : comment choisir son filet ?
Comment choisir son tapis de selle ?